Le soleil est là , les températures grimpent gentiment, le 3 mai est enfin arrivé avec un peu plus de liberté dans nos déplacements ; et le moral revient avec l’envie folle de profiter du printemps et cette nature merveilleuse qui se réveille enfin.

L’arrivée du printemps et des fêtes Pascales sont fortement liés aux œufs symboles universels de vie ; tout simplement parce qu’ils redeviennent abondants dans les poulaillers.

Traditionnellement on échangeait des œufs cuits et leurs coquilles décorées , et l’on mangeait par exemple les œufs pondus le vendredi saint le dimanche de pâques ;  en omelette ou dans une bonne brioche.

Aujourd’hui , on préfère plutôt manger ou offrir des œufs en chocolat car pour beaucoup l’œuf a plutôt mauvaise réputation :  on essaie souvent de les limiter à quelques un par semaine et en manger un tous les jours n’est pas envisageable !

Le motif : un œuf de calibre moyen (65 g) apporte environ 325 mg de cholestérol ce qui représente quasiment 100% des apports recommandés. Et avaler trop de cholestérol est devenu synonyme de pathologies cardio-vasculaire à plus ou moins long terme.

Et pourtant cela est faux et depuis déjà plus de 20 ans de nombreux chercheurs voir cardiologues comme Michel De Lorgeril ; s’escriment à vouloir rétablir la vérité : le cholestérol est en réalité bon pour la santé, il est même indispensable à la santé !

Sans cholestérol pas de vie « animale » ; effectivement les végétaux n’en contiennent pas.

Le cholestérol est une molécule naturelle synthétisée par notre foie et dont notre corps a absolument besoin pour fonctionner :

Le cholestérol est un des constituants de toutes les membranes cellulaires au même titre que les fameux acides gras oméga 3.

Le cholestérol est le précurseur de la vit D3 que nous synthétisons grâce aux rayonnement solaire, et qui est indispensable à une bonne minéralisation, et au fonctionnement optimal du système immunitaire.

Le cholestérol est le précurseur des sels biliaires indispensables à la digestion des graisses, à une bonne détoxification hépatique, et un bon équilibre de la flore intestinale.

Le cholestérol enfin est le précurseur de certaines hormones de reproduction comme la progestérone et la testostérone, ainsi que les hormones de stress synthétisée par les surrénales : le cortisol et l’aldostérone.

Ok, le cholestérol serait indispensable à notre santé , mais il n’empêche qu’en excès il est bel et bien le responsable n°1 des pathologies cardio-vasculaires ??

Et bien non ! Toujours d’après le travail de recherche du cardiologue Michel de LORGERIL, il n’y a actuellement aucune étude sérieuse mettant en évidence une corrélation entre trop de cholestérol LDL (la fraction de cholestérol considérée comme « mauvaise ») et un risque accru de pathologies cardio-vasculaire.

En tout état de cause, le cholestérol n’est pas le seul facteur de risques !

Et d’autres facteurs non liés au cholestérol se révèlent tout aussi, voir plus dangereux encore.

Certaines études ont même montré qu’il était possible d’obtenir une diminution du risque de maladie coronarienne sans baisse du cholestérol, par contre elles mettent en évidence l’intérêt d’un meilleur profil sanguin pour tous les autres lipides :

          Moins de triglycérides (et de Lipoprotéines VLDL) 

          Moins d’acides gras saturés

          Plus d’acides gras polyinsaturés (avec surtout plus d’acides gras de la famille oméga 3)

D’autres études ont mis en évidence le rôle néfaste de certaines molécules oxydées dans la formation et les lésions de la plaque d’athérome :

          Le LDL- cholestérol oxydé

          L’homocystéine qui se dépose sur les parois de nos vaisseaux sanguins, les altèrent et augmentent ainsi le risque de thrombose.

Et les dernières études mettent en relation les carences en vitamines anti-oxydants (A, C, E, B9) et en anti-oxydants (beta carotène, lycopène, flavonoïdes…) avec l’augmentation du risque cardio-vasculaire

 

Enfin, il paraît évident que d’autres « désordres » associés ; comme le diabète, l’obésité et l’hypertension sont des facteurs aggravant le risque cardio – vasculaire.

 

Ok, mais tout de même, plus on mange de cholestérol , en l’occurrence des œufs ;  plus on augmente bien le taux de cholestérol sanguin donc plus ou moins le risque d’en oxyder sa fraction LDL ??

Et bien c’est toujours non !  Car la plus grande fraction du cholestérol circulant dans votre sang provient en réalité de celle synthétisée par votre foie ; car cette molécule nous est indispensable.

 

La synthèse de cholestérol se fait essentiellement le matin de manière à couvrir les besoins indispensables aux synthèses d’hormones, de vit D3 et de la construction des membranes cellulaires. En apportant du cholestérol dés le petit déjeuner avec œuf, beurre, fromage vous  dispensez votre foie d’en synthétiser lui-même. En réalité votre foie régule (grâce à une hormone*) la synthèse de cholestérol en fonction des apports alimentaires reçus et du stress à gérer. 

Alors ? Combien d'œufs peut-on manger par jour ?

De nombreuses études ont été réalisées sur des personnes en bonne santé ; avec l’ingestion de 1 à 3 œufs/jour sur plusieurs semaines, et curieusement les taux de cholestérol total (HDL+LDL) n’ont pratiquement pas varié ; parfois une légère augmentation a été observée de façon passagère et parfois une légère baisse.  Bref rien ne montre qu’il existerait un risque de consommer jusqu’à 3 œufs par jour, sauf peut-être un risque d’intolérance pour certains.

Personnellement je consomme un œuf par jour au petit-déjeuner et l’ai conseillé à la majorité de mes patients, y compris des enfants pour constater à chaque fois de nombreux bienfaits. J’en ai conseillé également deux par jour à tous mes patients végétariens pour rétablir en quelques mois un bon statut protéines et en oméga 3 EPA et DHA.

Pourquoi choisir plutôt des œufs bio (ou label Bleu-Blanc-Cœur) de poules élevées en plein air ?

Parce que leur alimentation est impérativement avec des graines bio (sans OGM) et l’herbe de prairies naturelles (+ quelques vers de terre), sans protéines de synthèse ni colorants ni stimulants de croissance ni certains traitements médicamenteux.

Ces œufs de bonne qualité gustatives sont aussi riches bien sûr en cholestérol que ceux de leurs homologues élevées  en intensif ; mais ils sont naturellement plus riches en oméga -3 en choline (soutien de la mémoire), lutéine et zéaxanthine (deux excellents anti-oxydants protecteurs de la rétine)

Y-at-il un moment à favoriser pour consommer des œufs ?

En « chrononutrition » ; Le meilleur moment est incontestablement le matin au petit déjeuner, avec une tranche de pain complet et beurré pour un apport maximal de cholestérol qui assurera quasiment vos besoins en cholestérol et évitera à votre foie d’en faire la synthèse ! c’est aussi la certitude d’un apport de protéines et de leurs 8 acides aminés essentiels et d’une excellente satiété pour la matinée. Deux à trois œufs accompagnés de légumes verts cuits et crus et d’un bon féculent à Ig bas constituent un déjeuner parfaitement équilibré qui peut se décliner facilement en grande salade composée ou en repas express avec quelques légumes en conserve et une à deux tranches de pain complet.

Les éviter le soir au dîner, mais ne vous interdisez pas de temps en temps une bonne omelette, une quiche de légumes ou pour les enfants des œufs coque et leurs mouillettes !

En conclusion

Quelle chance que les œufs soient tout à la fois excellents pour la santé, bon marché même en bio, faciles à cuisiner, et délicieux nature à la coque ou dans des recettes hautement gastronomiques ! à condition de bien savoir les cuire !!

Suivez moi...