Il s’agit d’un des derniers articles lu sur le site Reporterre que j’apprécie beaucoup : Aliments végétariens dans les supermarchés : la grande arnaque (reporterre.net)

 

Cet article se base sur plusieurs enquêtes comme celles de Lisa Faulet, chargée de mission alimentation à l’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV, association nationale de défense des consommateurs et usagers) et responsable d’une enquête sur la qualité nutritionnelle des aliments ou plats préparés « végan ou végétariens » en septembre 2020.. 

 

Sur les demandes de certains politiques comme le député Loïc Prud’homme (La France insoumise) ou l’Eurodéputé EELV Claude Gruffat (ex président de Biocoop) qui demandent une réglementation et un étiquetage moins « floue » quant à la nature précise des ingrédients, de leur provenance et des process d’élaboration.

Ainsi que sur l’analyse de certains scientifiques comme  Anthony Fardet, membre du comité scientifique Siga qui dénonce outre les ingrédients et additifs présents dans ces aliments, les traitements technologiques très drastiques comme la cuisson-extrusion ou le soufflage, qui sont également les marqueurs d’une ultratransformation.

 En voici un bref résumé : Alors que les galettes végétales, fausses boulettes, saucisses végétales…sont plus en plus consommées pour des raisons écologiques, pour la protection animale ou pour rechercher des bénéfices sur la santé, nombre de personnes se tournent vers une alimentation végétarienne ou végane. Une tendance que les industriels de l’agroalimentaire ont bien flairée, et l’on voit se multiplier dans les rayons des supermarchés des gammes entières à destination de ces nouveaux consommateurs. Hélas, ces produits ne contiennent qu’en moyenne 39 % d’ingrédients d’origine végétale, beaucoup d’eau et même parfois du blanc d’œuf selon une nouvelle enquête. La grande majorité de ces produits, sous un marketing vert, cachent au moins un additif et souvent des ingrédients ultratransformés !…

Bref ; un article à lire absolument que l’on soit « éducateur de santé », ou parents d’ados soucieux de mettre en place une alimentation « bonne pour la planète » ; pour les inciter à lire et décortiquer les étiquettes de ce genres de produits et surtout leur apprendre à cuisiner eux-mêmes leurs galettes végétariennes avec des ingrédients bruts. Elles seront tellement plus riches en protéines et en saveurs ; tellement moins coûteuses et en évitant un voire deux emballages par préparation tellement moins polluante.

La tradition veut que pour Pâques, on déguste les fameux œufs  en chocolat apportés par un lapin ou une cloche (selon les régions)… mais Pâques symbolise aussi la fin de l’hiver et l’arrivée du renouveau dans les champs avec les pâquerettes, dans les jardins avec les asperges, les petits légumes nouveaux (carottes, navets, oignons blancs), le retour des fines herbes cerfeuil et ciboulette et dans les bergeries la naissance des agneaux.

Alors, malgré ce confinement, fêtez Pâques : N’oubliez pas de vous amuser avec les enfants à décorer et peindre des œufs (voir des tutos sir Youtube) pour les offrir plus tard à ceux que vous aimez !!

Amusez vous avec les plus grands à réaliser des œufs « marbrés » pour le petit-déjeuner Pascal (ou un brunch) ; ou un peu plus délicat : des nids de petits légumes garnis d’œufs de caille ; et voilà une petite entrée originale !  A moins que vous ne préfériez les traditionnelles asperges.

La tradition veut que l’on mette un beau gigot d’agneau au four mais si vous n’êtes que 2 à table Il y bien sûr mille et une autres idées pour faire un merveilleux repas festif sans agneau ou même sans viande.

Et pour les petits et grands gourmands : terminez avec un superbe gâteau au chocolat décoré de fleurs ou pétales de pâquerettes. 

Suivez moi...